logo

woman with headache, migraine, stress, insomnia, hangover

Sophrologie et santé 

La Sophrologie est largement utilisée dans le domaine clinique et thérapeutique. Créée par un neuropsychiatre, elle fut d’abord utilisée sur la plan médical avant d’étendre son champ d’action à d’autres domaines de la vie courante à partir des années 80.
Qu’il s’agisse des maux du corps ou de l’esprit, la pratique sophrologique permet d’apaiser les troubles de la santé, d’apporter du soulagement à la douleur ou de restaurer le bien-être. Elle est aujourd’hui considérée par de nombreux médecins comme une thérapie complémentaire à la médecine traditionnelle et à la psychologie. Son approche globale de la personne, le rôle actif des patients dans cet accompagnement thérapeutique et son positionnement fondé sur l’écoute active font d’elle une alliée de choix.
De nombreux sophrologues intègrent des équipes pluridisciplinaires au sein d’hôpitaux et d’établissements de santé ou travaillent de concert avec des équipes médicales libérales (médecins généralistes ou spécialistes, psychologues ou psychiatres). De plus, la Sophrologie offre aux professionnels de la relation d’aide (psychologues, psychothérapeutes, psychiatres) une approche corporelle et une dimension pédagogique auxiliaire.
Par son action, la Sophrologie permet d’alléger les traitements médicamenteux et de rendre les patients plus autonomes dans leur prise en charge.​
Voici les principales indications de prise en charge thérapeutique en Sophrologie que je vous propose :

  • Les troubles du sommeil
  • Les acouphènes, l’hyperacousie et les vertiges
  • Les maladies psychosomatiques
  • Les troubles du langage, du comportement et de la personnalité
  • Les troubles des conduites alimentaires
  • Les addictions
  • La prise en charge de la douleur
  • L’accompagnement pré et post opératoire (suite opératoires : récupération et cicatrisation)
  • L’accompagnement dans la maladie
  • L’accompagnement en fin de vie

 

 N.B. La Sophrologie ne se substitue en aucun cas à un traitement médical.

Les troubles du sommeil 

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte lorsqu’il s’agit de comprendre le rythme veille-sommeil; il y a notamment l’horloge biologique qui dépend de mécanismes internes (influence de la lumière et de la sécrétion d’une hormone: la mélatonine) mais qui de plus en plus fréquemment, réagit à des sollicitations externes spécifiques à notre mode de vie moderne. Victime du rythme de vie qui s’accélère et des contraintes socio-professionnelles grandissantes, le sommeil de l’homme moderne est perturbé ! Pourtant, le temps alloué au sommeil est loin d’être du temps perdu (celui-ci occupe près du tiers de notre vie), il est même primordial pour garder le moral ou être en bonne santé. D’après l’INVS*, 1 français sur 5 souffrirait de troubles du sommeil. Les pathologies du sommeil les plus fréquentes sont l’insomnie, le syndrome d’apnées du sommeil, le syndrome de la jambe sans repos, la narcolepsie, retard de phase du sommeil et le somnambulisme. La Sophrologie est une méthode simple et efficace pour lutter contre les troubles du sommeil particulièrement en ce qui concerne l’insomnie.

L’insomnie

Elle revêt plusieurs formes difficultés d’endormissement, réveils intempestifs avec difficulté à se rendormir ou réveil précoce. Aussi, il apparaît souvent qu’une fois la cause originelle de l’insomnie disparue, celle-ci persiste par un mécanisme de conditionnement qui s’auto-entretient essentiellement par la peur de ne pas dormir.

La Sophrologie apporte la détente physique et mentale nécessaire à l’endormissement. Elle vous apprend à mieux gérer le stress au quotidien, à mieux canaliser le mental et les pensées pour trouver un meilleur équilibre. Grâce à la sophronisation, état de conscience entre veille et sommeil, vous allez apprendre à stimuler différentes capacités que vous avez et que vous exploitez peu, vous deviendrez alors capables de vous détendre, de gérer votre anxiété et de positiver. En agissant sur la qualité de votre état de veille, vous pourrez ainsi renforcer la qualité de votre sommeil et dynamiser votre énergie.
La Sophrologie permet d’agir également au moment de l’insomnie pour faciliter l’endormissement ou le rendormissent grâce à des techniques spécifiques à la protection du sommeil.

Le syndrome d’apnées du sommeil

 L’apnée du sommeil correspond à des pauses respiratoires involontaires pendant le sommeil qui durent entre 10 et 3O secondes et se répètent toute la nuit. Environ 5% des adultes en souffriraient. Il existe plusieurs forme d’apnées, la plus courante est dite obstructive (blocage des voies aériennes supérieures), viennent ensuite les apnées centrales (l’arrêt respiratoire est provoqué par le cerveau) et les apnées mixtes (qui conjuguent les 2). Outre, le sommeil perturbé, la fatigue, les maux de tête et la somnolence, il y a un risque accru de maladies cardiovasculaires. Un traitement palliatif efficace existe, il s’agit de la ventilation par pression positive continue (PPC ou CPAP) mais le port du masque relié à la machine est contraignant et génère parfois des difficultés d’adaptation et d’acceptation du traitement. La Sophrologie peut vous aider à faire usage de la PPC au long cours.

* Institut National de Veille Sanitaire

Je vous propose un protocole comprenant des exercices visant au relâchement du stress, au développement des sensations de détente pour aborder une vision plus positive de votre sommeil, à une prise de recul par rapport à votre trouble, à l’accroissement de vos capacités pour vous aider à dépasser certaines situations plus facilement.

Globalement, la relaxation comme la pratique sophrologique viennent contribuer au relâchement nécessaire au sommeil et limitent les effets néfastes de l’anxiété primaire ou secondaire. Pour plus d’information, n’hésitez pas à me consulter.

Les acouphènes et l’hyperacousie

Bourdonnements, chuintements, sifflements : les acouphènes perturbent la vie quotidienne de millions de personnes (3,7 M de français sont touchés par des acouphènes permanents). Une enquête IPSOS* (réalisée en février 2014 dans le cadre de la Journée Nationale de l’Audition) a mis en évidence l’importance croissante des problèmes d’acouphènes et d’hyperacousie auprès de la population française. Or il n’existe pas à ce jour, de traitement médicamenteux guérissant les acouphènes. Devant la détresse des patients, les médecins sont souvent amenés à prescrire des antidépresseurs et/ou anxiolytiques afin de les soulager sur le plan nerveux et psychologique. Le parcours des acouphèniques est donc complexe et suppose une prise en charge multidisciplinaire comprenant des spécialistes en ORL et parfois des prothésistes, des sophrologues ou des psychologues. La Sophrologie est une solution douce qui permet d’apprendre à les apprivoiser et à vivre avec eux sans souffrir. En intervenant sur l’état anxieux des acouphèniques, on arrive à diminuer l’intensité de l’acouphène et la perception de la douleur ou gêne associée, puis progressivement la sophrologue amène la personne atteinte à mettre de côté l’aspect invasif des bruits parasites et à éprouver du mieux-être.

Les maladies psychosomatiques

En ce qui concerne les maladies psychosomatiques qui se caractérisent par des symptômes physiques affectant un organe ou un système physiologique et dont les causes sont principalement émotionnelles, la Sophrologie apporte des réponses efficaces grâce à des techniques adaptées à chaque problématique avec un objectif commun qui est de travailler sur l’harmonie globale du corps et de l’esprit pour calmer les tensions intérieures.
Mais comment se peut-il que notre état psychique trouve écho dans un trouble physique pouvant ainsi entraîner migraine, mal de dos, troubles gastro-intestinaux dont l’ulcère, maladies de la peau (psoriasis, eczéma…), troubles de la libido, etc ?
C’est le principe de l’influence de l’esprit sur le corps. Corps et esprit ne s’inscrivent pas dans une dualité mais dans une unité, qui est notre organisme. Les maladies psychosomatiques illustrent les intrications qui unissent le système nerveux, le système endocrinien et le système immunitaire. Lorsque le moral est malmené, le physique ne tarde pas à montrer des signaux de détresse. Cependant, il faut se garder de toute généralité car ce n’est pas une règle absolue, chaque cas étant différent. Les interactions entre l’esprit et le corps ne relèvent donc pas d’une explication mystique mais scientifique (concernant des mécanismes moléculaires et cellulaires), ce qui constitue une bonne raison de chercher à les harmoniser !

Les troubles du langage, du comportement et de la personnalité

Les troubles psychologiques se traduisent soit par des troubles du langage, soit par de troubles du comportement, soit par des troubles de la personnalité. Ces différents troubles nécessitent souvent un traitement à plusieurs niveaux grâce à la médecine et la psychologie, mais la Sophrologie peut également aider la personne concernée dans la mesure où ces derniers s’accompagnent généralement de mal-être et de souffrance.

Les troubles du langage

certains troubles du langage notamment les problèmes d’articulation et de bégaiement, peuvent faire l’objet d’une prise en charge sophrologique avec pour objectif la libération des tensions, la gestion des émotions (qui accentuent ces derniers chez les personnes impressionnées ou énervées), le renforcement de la confiance en soi afin de pallier à l’anxiété de la prise de parole et aux difficultés de communication. Il ne s’agit pas de guérir ces troubles (pour lesquels il n’existe aucun traitement assurément efficace et définitif), mais d’améliorer la qualité de vie de celui qui en souffre en allégeant la charge sociale qui pèse sur lui et améliorant son image de soi parfois mise à mal.

Les troubles du comportement

sont des anomalies dans la façon d’agir et de réagir. Ils comprennent l’agitation, l’hyperactivité, les phobies, les TOC, les désordres alimentaires (anorexie, boulimie…), les addictions… Il existe des traitements médicamenteux pour certains d’entre eux, mais dans la majorité des cas, un suivi psychologique se révèle nécessaire. La Sophrologie peut aussi s’avérer fort utile.

Agitation et hyperactivité : la relaxation comme la Sophrologie sont particulièrement indiquées chez les personnes souffrant d’agitation ou d’hyperactivité car justement elles ont pour vocation de faire ressentir les sensations de son corps dans l’instant présent et d’inhiber le bavardage mental. En se concentrant sur les sensations corporelles, on agit sur l’équilibre intérieur et l’énergie que l’on canalise et que l’on harmonise. Un travail sur le schéma corporel ainsi réalisé permet de gagner en stabilité. J’accompagne également des enfants et des adultes ayant un TDA/H afin de mieux gérer leurs difficultés (impulsivité, concentration, estime de soi, motivation).

Angoisse et phobies : concernant les crises d’angoisse, comme pour les phobies (agoraphobie, claustrophobie, phobies sociales…), la Sophrologie a largement fait ses preuves. La méthode consiste à renforcer ses ressources pour reconnaitre, accepter, puis affronter sa peur pour pouvoir la surmonter. Il ne s’agit pas de lutter mais d’apprivoiser l’objet de sa peur grâce au lâcher-prise et à la pensée positive.

TOC (troubles obsessionnels compulsifs) : les TOC sont classés dans les pathologies de l’anxiété; ils se caractérisent par des pensées récurrentes, oppressantes et obsessionnelles donnant lieu à rituels compulsifs pour les chasser ou les empêcher de survenir. En plus du suivi médico-psychologique recommandé, il est possible de travailler en association pour venir apaiser les personnes qui souffrent et les aider à se libérer.

TCA (troubles des conduites alimentaires) : le comportement vis-à-vis de la nourriture varie d’un individu à l’autre. Il peut également varier au cours de l’existence de chacun en fonction du contexte personnel, pouvant ainsi aboutir ponctuellement ou durablement à des perturbations multiples dont la prise de poids (surpoids). La Sophrologie peut vous accompagner dans le suivi d’un régime ou au cours d’une démarche visant à la régulation de votre poids. Dans d’autres cas, le comportement alimentaire est source de troubles plus sérieux encore, parfois graves qui viennent nuire à notre santé. Parmi ces troubles, nous pouvons distinguer l’obésité (accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle ), les préoccupations excessives à l’égard du poids (quand l’insatisfaction par rapport au poids porte atteinte à la santé physique ou mentale de l’individu), la boulimie (consommation excessive d’aliments souvent caloriques du fait d’une envie irrépressible), les compulsions alimentaires (besoin impérieux de manger en quantité et en dehors des repas certains aliments riches en calories), la restriction cognitive (alternance d’un comportement alimentaire très restrictif avec des périodes de compulsions) et l’anorexie mentale (alimentation totalement restrictive du fait d’une peur intense de grossir accompagné d’une image du corps erronée et conduisant à un amaigrissement très conséquent, voire maximal).

La pratique sophrologique permet souvent de remplacer les conduites destructrices par des comportements sains. Elle s’appuie sur le développement du schéma corporel et plus particulièrement de l’image et de l’estime de soi, le dialogue avec le corps, le réinvestissement du corps, la culture de la sérénité, la pensée positive et un travail sur la motivation. La prise en charge consiste donc reprendre contact avec son corps, renouer avec la réalité et se mettre à l’écoute de ses besoins réels afin de faire la paix avec soi-même.

Addictions (tabac, alcool, jeux vidéo, jeux de hasard, achats compulsifs): l’addiction est une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible en dépit de la volonté et des efforts du sujet pour s’y soustraire. Le phénomène d’addiction est souvent bien plus qu’un problème car « c’est un problème qui vient en réponse à un ou d’autres problèmes », c’est une béquille ! Mais c’est aussi un engrenage qui entraîne des conséquences d’ordre physique, psychologique, relationnel, familial et social. De surcroit, mettre fin à une addiction ne conditionne pas nécessairement une amélioration de l’état de santé du consommateur addictif dans la mesure où l’arrêt est susceptible d’induire des déséquilibres provoqués par la manque et la résurgence des problèmes initiaux.
En venant compléter la prise en charge médico-psychologique, la Sophrologie peut soutenir les personnes souhaitant s’émanciper de leur addiction en d’agissant conjointement sur le corps (exercices de relâchement des tensions, détente musculaire) et l’esprit (pratique de la pensée positive).

Un protocole personnalisé avec des objectifs tels que la gestion des émotions, l’apaisement du stress, la gestion de la frustration, la réduction des pulsions, le développement des valeurs personnelles, la valorisation de l’image de soi, est élaboré en fonction du trouble et de la personne en demande en vu de l’aider à reprendre contact avec la réalité, à s’extraire du cercle vicieux dans lequel elle est enfermée et à construire un nouveau projet de vie.

Déprime et dépression : se caractérisent par des états de tristesse et d’abattement avec un manque d’entrain, une perte d’envie d’agir et de l’appétit intellectuel à des degrés divers, auxquels s’ajoute une grosse fatigue sans cause apparente. Ces troubles s’accompagnent souvent d’une tendance à la procrastination (n’arrive pas à se fixer des objectifs ou à prendre des décisions) .

Chacun de ces troubles a ses spécificités, néanmoins ils présentent des similitudes. Certaines techniques en Relaxologie (Vittoz) ou en Sophrologie peuvent contribuer à une amélioration de l’état des personnes qui en souffrent. Une approche thérapeutique spécifique peut être mise en place conjointement au suivi effectué par un médecin traitant afin de soulager durablement la personne atteinte et l’amener progressivement à retrouver le bien-être pour elle-même et pour son entourage.

Les troubles de la personnalité

Le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ou DSM-IV, ouvrage de référence en la matière, définit 10 troubles de la personnalité. Dans certains cas, et toujours en parallèle à un suivi médical et psychologie, la Sophrologie peut venir soutenir la prise en charge thérapeutique dans un travail effectué en coordination.

La prise en charge de la douleur et accompagnement pré et post opératoire

La douleur présente plusieurs dimensions : sensorielles, émotionnelles et cognitives, ce qui explique que chaque personne réagit différemment à la douleur en fonction des spécificités et de la part que revêt chacune de ces dimensions pour lui. De plus, il existe plusieurs catégories de douleurs : aiguë, chronique ou chronique idiopathique. Ceci explique qu’une prise en charge de la douleur ne peut se faire que de manière adaptée au cas de chacun. La Sophrologie propose plusieurs techniques pour ce faire et s’adapte à chaque personne. Elle propose aussi un accompagnement pré et post opératoire consistant à préparer son corps et son mental à affronter l’épreuve du bloc opératoire. Ce travail contribue également à diminuer les conséquences post opératoires , à favoriser la cicatrisation et stimuler la guérison.
Je vous propose un travail individualisé basé sur la réduction du stress, la maîtrise de l’angoisse, l’image corporelle et ses modifications.
Elle est particulièrement indiquée pour tous les problèmes liées à une modification du schéma corporel et à de la rééducation.

L’accompagnement dans la maladie

La Sophrologie est une méthode globale qui vise à renforcer le sentiment d’exister et qui nous permet d’être en accord avec nous-mêmes. Son rôle concernant l’accompagnement dans la maladie (cancer, maladie longue ou handicap…) est de venir soulager les souffrances physiques, morales ou existentielles et d’optimiser les ressources de ceux qui traversent ce type d’épreuves. Il ne s’agit aucunement de traiter la maladie elle-même, mais bien d’aider les personnes malades à prendre part activement à leur traitement et garder leur capacité d’optimisme tant nécessaire en de telles circonstances. C’est une discipline qui s’avère également efficace dans l’acceptation des traitements.

L’accompagnement dans la fin de vie

L’anxiété est le premier symptôme des personnes en fin de vie, elle est le pendant de souffrances morales et existentielles qu’il convient de soulager, tout autant que la douleur physique lorsqu’elle est présente. En relaxologie comme en Sophrologie, je propose un accompagnement pour aider les personnes qui le souhaitent à traverser cette étape avec plus de sérénité.